Au début du siècle, El Terreno marqua le départ de Majorque dans la modernité et la première communauté touristique de l'île.

Citoyens aisés, à qui la vieille ville avec ses rues médiévales et ses palais lugubres étaient devenus trop étroits et trop oppressants, ont découvert sur l'étroite colline en contrebas du Castillo de Bellver, avec ses forêts de pins verdoyantes, l'emplacement idéal pour la résidence d'été, avec vue sur la mer, rapidement conduit à la baie de Can Bàrbara. Le nouveau quartier de la villa a donc attiré beaucoup de lumière, d’air, de soleil et de splendeurs dans son jardin, à seulement quelques minutes en voiture du centre-ville, chahut par ses habitants.

Bientôt les premiers étrangers suivirent, tous invités illustres et esprits estimés qui louaient des appartements ou des maisons entières en été. Des peintres et des écrivains tels que Santiago Rusiñol, Antoni Ribas, Ruben Darío, Gertrude Stein ou Cristòfol Vilella découvrent El Terreno pour eux-mêmes. Le quartier est devenu le rêve devenu réalité de la vie dans le sud de la Méditerranée, un désir qui pousse toujours des millions de vacanciers à Majorque et à la Méditerranée chaque année.

Les habitants les plus âgés savent aujourd'hui comment raconter certaines anecdotes de cette époque, par exemple. Tandis que le roi, Juan Carlos conduisait sa mobylette dans les rues étroites pour se rendre dans son nid d'amour avec son amoureux de l'époque. Ou comment les talons des chaussures noires de Gertrude Stein ont agité les marches du Bellver.

Dans les années 1930, une colonie mixte colorée d'étrangers est arrivée à El Terreno; Britanniques, Allemands, Français, Hongrois, Américains s'y sont installés, ont fumé, dansé, bu dans les bars et les cafés ou se sont baignés dans la mer jusqu'à ce que la guerre civile espagnole mette fin brusquement à la joyeuse dolce vita.

Ce n'est qu'au milieu des années 50 qu'un nouveau tourisme timide a commencé. Ce sont d’abord les Scandinaves qui ont découvert El Terreno et Cala Major. Les Suecos, comme on les appelait les Suédois, apportèrent de riches devises étrangères.

Chaque année, le nombre de touristes à Majorque augmentait et provoquait un boom de la construction, qui modifiait l'apparence du district. Là où vivaient autrefois des villas avec jardins sur le Joan Miró, des blocs d’hôtels ont été construits. Une nouvelle terrasse pour voitures, construite à la mer - l'actuel Paseo Marítimo - sépare les falaises de la mer.

Aujourd'hui, le district connaît un renouveau majeur. Les écoles et les jardins d'enfants internationaux, la situation idyllique au pied du parc Bellver et la proximité du centre, sont uniques.

Plus d'informations sur l'histoire du quartier:

http://elterrenopalmademallorca.wordpress.com/